Jupette & Salopette | Blog, mode, lifestyle et voyage d'une pipelette en basketsFacebook | Jupette & SalopetteTwitter | Jupette & SalopetteInstagram | Jupette & SalopetteHellocoton | Jupette & SalopetteSnapchat | Jupette & Salopette

Bonsoir les poulettes,

Today, un article qui me tient particulièrement à cœur. Je vous le livre pour que certaines qui sont sans doute dans mon cas se disent : je ne suis pas seule et ce n’est pas une maladie de ne pas vouloir d’enfant !

En effet, vous êtes peut-être vous aussi dans mon cas, vous avez la trentaine passée, et depuis votre plus jeune âge vous le savez au plus profond de vous : vous ne serez jamais maman.

Elles sont nombreuses pourtant les fois où vous avez entendu au cours de repas familiaux ou de soirées entre amis : « mais tu es jeune, tu as le temps de changer d’avis, mais quand même c’est pas normal de ne pas vouloir avoir d’enfants c’est pourtant que du bonheur d’être maman.. », ou encore « mais pourquoi tu ne veux pas d’enfant, tu as peur de grossir, de voir ton corps changer ? ».

Plus le temps passe et plus j’en suis certaine : je ne veux pas d’enfant.

Ce n’est pas mon horloge biologique qui a du retard, c’est comme ça et c’est un choix, je n’ai pas de désir maternel. J’assume parfaitement, même si, encore aujourd’hui, il est loin d’être compris par un certain nombre de personnes, qui ne se doutent pas que le tableau idyllique du papa, de la maman et des beaux enfants n’est qu’une chose créée par la société dans laquelle nous vivons qui nous impose un cadre.

Ne pas vouloir d’enfant ne veut pas dire ne pas aimer les enfants

Souvent on croit que je n’aime pas les enfants car je n’en veux pas. Mais pas du tout ! Petite, j’ai vécu entourée de bambins car ma maman était assistante maternelle ! Je peux vous dire que j’ai joué des heures avec eux, rivalisant d’imagination pour les amuser et passer le temps.

Mais voilà, l’idée d’en avoir un « à moi », à vie, qui pleure, qui rit et dont je suis le parent pour le restant de mes jours, c’est non merci. Je veux bien entendre pourtant qu’un enfant apporte beaucoup de bonheur par son amour. Mais pour autant, cela ne déclenche clairement rien en moi. En revanche, je vois bien les côtés relous d’être parents comme les couches, habiller un enfant, lui faire faire pipi, lui donner à manger, le faire jouer, lui apprendre à faire ses lacets, le voir grandir petit à petit et tous les tracas qui vont avec… c’est déjà trop pour moi !

Mais pourtant je vis avec quelqu’un qui a deux enfants

Il est vrai que ces dernières années, j’ai partagé ma vie avec deux hommes qui avaient déjà des enfants. Inconsciemment, je pense que c’est pour cette raison que j’ai toujours été attirée par les hommes plus âgés que moi. Avec un homme qui a déjà des enfants, il est rare que celui-ci souhaite de nouveau être père, donc pas de souci pour moi ! Surtout que j’adore les enfants, du moment que ce ne sont pas les miens 🙂 Car avec les enfants de couples séparés, ce que j’aime, c’est ne pas avoir le côté éducatif à gérer.

Être seulement la « belle-maman' » cool avec qui on peut parler de tout et de rien, jouer à la console, parler réseaux sociaux, regarder des séries à la con, c’est personnellement un rôle qui me va à la perfection et me rappelle souvent mon enfance.

Ne pas vouloir d’enfant c’est égoïste

Il m’est arrivé quelquefois que l’on me fasse cette réflexion (débile) que ne pas vouloir faire d’enfants c’était égoïste. J’ai  réfléchi à la question. Dans un premier temps, je me suis dit que, d’une certaine façon, c’était peut être vrai. Après tout, je préfère mener ma vie tranquille, sans cette contrainte. Je souhaite profiter de la vie, voyager, me faire plaisir, m’offrir ce qui me tente ou me fait envie. J’ai également des rêves à long terme que je souhaite réaliser et qui ne comportent pas d’enfant ! Finalement, d’un autre côté, je pense que ce n’est pas être égoïste puisque je n’ai jamais eu le désir ni le souhait de fonder une famille ! Au contraire, si je retourne la chose je dirais même que ce sont certaines mères qui sont égoïstes à vouloir faire des enfants juste pour le plaisir de pouponner alors que certaines n’aiment plus leur mari ou n’ont pas les moyens d’éduquer et de s’occuper de leurs enfants. Alors qui est égoïste ?!!!

Le droit de pas vouloir d’enfant, un combat

Si je vous livre cet article, c’est que malheureusement, à notre époque il est encore difficile de ne pas vouloir d’enfant. Pourquoi me direz-vous ? Eh bien parce que si je souhaite une contraception définitive (me faire ligaturer les trompes) c’est le parcours du combattant.. alors que la loi a légalisé la contraception définitive en 2001 !

Depuis que j’ai évoqué l’envie d’une contraception définitive à mon médecin, celui-ci, qui pourtant est super compréhensif et ouvert, m’a répondu que j’étais trop jeune et que personne ne voudrait pratiquer l’opération avant mes 40 ans minimum et que je ne savais pas, peut-être que je changerais d’avis dans quelques années et que je le regretterais… Mais merde alors ! On est adulte non ? Notre corps nous appartient ? Que je sache, on a un délai de réflexion de quatre mois donc je considère que prendre cette décision, c’est mon problème, et le mien seul ! C’est tout de même fou cette histoire alors que si je souhaitais me faire poser des implants mammaires, on me les poserait sans difficultés.

En France, ce que je retiens, c’est que tout cela encore une fois est culturel : la femme est accomplie quand elle a des enfants ! Il y a une pression sociale énorme autour de la maternité alors que je pense sincèrement que la maternité n’est pas une obligation pour se réaliser personnellement.

Voilà les bichettes, j’espère que cet article vous aura interpellé ou touché. N’hésitez pas à me laisser vos commentaires si vous aussi vous êtes dans ma situation, que vous n’osez pas en parler haut et fort, je serai contente d’échanger avec vous sur le sujet.

A bientôt les bichettes 🙂

Pin It on Pinterest

Share This